Carnet Leuchtturm

La star de la rentrée, la vedette des bujos d’Instagram. Mon copain de sac actuel ! Petit article désintéressé sur l’un des meilleurs carnets de note pour amateur éclairé.

Carnets LeuchtturmUn beau carnet.

Coloré ou sobre, solide et pratique. On peut le choisir souple ou rigide et dans de multiples formats, du A6 au A4+, les pages vierges, lignées, quadrillées ou pointillées (5mm). L’embarras du choix se pose à chaque achat.

Les détails qui font la différence

Ainsi que le proclame le bandeau. En effet, pendant longtemps, c’était les seuls carnets sur le marché à avoir tout à la fois (je parle ici d’un carnet A5) :

  • 240 pages foliotées (avant le bujo, ce n’était rien, mais à cette époque au travail, on achetait à prix d’or des registres foliotés, et donc c’était la Clâsse, ces numéros de pages !), dont 8 détachables à la fin ;
  • 3 pages d’index (format A5) ;
  • 2 marques pages, en ruban à grains, un uni et l’autre rayé ;
  • pochette à soufflet ;
  • un jeu d’étiquettes pour archiver et répertorier ses carnets dans un système ;
  • les pages couleur ivoire avec une impression grise, fine et élégante.

intérieur élégant du carnet LeuchtturmTout cela avec une finition impeccable pour un carnet un peu cher, soit (une vingtaine d’euros pour un A5), mais ce n’est pas un cahier acheté au supermarché (même s’il en existe de très bons au supermarché !).

Le seul bémol, toujours le même : le papier

Le grammage de 80g est un peu juste pour être tout à fait parfait pour les plumes même fines. Le texte du recto est quand même bien présent au verso et c’est dommage. Je préfèrerais un papier plus opaque.

Transparence des pages du Leuchtturm
Transparence des pages du Leuchtturm

Voilà un petit récapitulatif des atouts de ce fameux carnet allemand.

Je l’avais repéré sur le net bien avant d’en trouver en magasin. C’était « LE » carnet que je cherchais, avec un petit côté « mieux que Moleskine » qui était alors la référence ultime des créatifs noircisseurs de pages (j’y reviendrai bientôt dans un prochain article)

Personnellement, Moleskine m’avait un peu refroidi par son papier que je trouvais beaucoup trop léger pour être utilisable à la plume. Mais j’étais en Guyane et l’hygrométrie tropicale m’a peut-être trompée. Celui de Leuchtturm, bien qu’un peu fin aussi, me semble tenir un peu mieux la plume. Il est temps que je fasse une vraie comparaison des deux marques (excellentes toutes les deux) et que je me décide sur ce point.

Ce qui ne saurait tarder…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *